FLASH ACTUS2017-09-12 Page spéciale Visite du Premi... | 2017-12-05 Réouverture de la bibliothèque |
Les tourbiers favori envoyer

L'extraction de la tourbe à Blangy s’est intensifiée durant le XIXème siècle et nous a laissé de nombreux étangs. Les archives municipales et départementales contiennent de précieux renseignements sur ce sujet.

Tourbier
Yann Duquef

A Blangy-Tronville, les recherches menées par Jean Foucault nous éclairent sur la vie des tourbiers : « Ce sont les manouvriers qui exerçaient cette fonction (tireur de tourbe), souvent d’ailleurs conjointement avec des rôles de vacher communal. Les tireurs étaient solidaires et s’engageaient à ne pas travailler les dimanches et jours de fêtes locales. Quant au contremaître de tourbage, c’était quelqu’un qui avait compétence en ce domaine, mais sans être un homme spécialisé nécessairement dans cette fonction. Nous avons vu à l’occasion d’un ou deux recensements, la mention « contremaître de tourbage » pour un habitant du village. Mais cela a été aussi réalisé parfois par un instituteur du village, dans les années 1840 : le Conseil municipal lui vote sa confiance durant plusieurs années (…) ». 

En premier lieu, il convient de donnerquelque précisions sur la tourbe.

Les tourbières se forment lorsque le sol est constamment engorgé d’eau, sous un climat frais et humide. Elles se caractérisent par leurs formations végétales où dominent des végétaux hydrophiles (mousses, sphaignes, hypnaces, carex, roseaux, joncs…) dont la croissance engendre une accumulation importante de matière végétale non décomposée, la tourbe. On distingue les tourbières acides à sphaignes au pH souvent de l’ordre de 3,5 rencontrées essentiellement sous les climats pluvieux, des tourbières alcalines à carex au pH supérieur à 6 localisées en fonds de vallées. De nombreuses catégories sont établies par les spécialistes : tourbières ombrogènes, topogènes, bombées, réticulées…

Ce sont des milieux fragiles dont l’édification se réalise sur une période de 2000 à 15000 ans. De ce fait, les tourbières présentent un intérêt archéologique et géologique reconnu. En s’accumulant sur des milliers d’années, la tourbe, par son pouvoir conservateur, a emprisonné des témoins biologiques ou matériels des temps anciens. Ainsi, l’étude des pollens « fossiles » des tourbières nous renseigne sur l’évolution de la végétation et des climats depuis au moins 12000 ans.

 D’un point de vue hydrologique, certaines tourbières constituent des réserves d’eau, jouent un rôle important dans l’alimentation des nappes phréatiques et possèdent un excellent pouvoir épurateur. Elles ont une fonction de conservation de la biodiversité.

Quelques mots sur la création de l’association 

En mars 2005, le Conservatoire des Sites Naturels de Picardie demandait à M. Delaruelle habitant à Boussicourt de réaliser une petite démonstration d’extraction de tourbe à Blangy-Tronville dans un but pédagogique. Le grand louchet utilisé était ancien et ne permettait pas d’effectuer de multiples démonstrations, c’est pourquoi, nous avons étudié la possibilité de concevoir un grand louchet refait à l’identique. Un grand louchet était conservé dans la mairie de Thézy-Glimont et la reproduction de celui-ci fût confiée à l’entreprise ERM située dans la commune où Eloy Morel avait élaboré le premier grand louchet.

Nous avons pu essayer pour la première fois ce grand louchet lors de la fête du marais de Blangy-Tronville en juin 2005 (démonstration publique) et ensuite en juillet à Boussicourt (vallée de l’Avre). Le Conservatoire des Sites Naturels de Picardie organisait une visite de la réserve naturelle de Boves au mois d’août 2005 et à sa demande, nous avons essayé d’extraire de la tourbe.

Ces différentes démonstrations nous ont permis d’étoffer nos connaissances grâce aux témoignages et aux informations que plusieurs personnes nous ont transmis à cette occasion. De nouvelles démonstrations se sont déroulées à Boves (en 2006, 2007 et 2008), à Boussicourt (juillet 2006, avril 2007).

C’est au cours de l’année 2007 que des discussions se sont développées pour créer une association rassemblant toutes les personnes intéressées par l’extraction de la tourbe et aussi par l’étude des milieux tourbeux. Une première réunion a été programmée dans les locaux de la mairie de Blangy en juin 2008 pour définir les statuts de l’association.

La création d’une association loi 1901

Après la rédaction des statuts et leur dépôt, notre association loi 1901 dénommée « association des tourbiers de Picardie » est parue au J.O. du 10 mai 2008. Nous avons choisi comme siège social, la Mairie de BLANGY-TRONVILLE. Parmi les membres du bureau, nous citerons le Président Yann DUQUEF ; le vice-président Philippe DELARUELLE et la secrétaire Emilie TETU.